Ecole du Nord

Hommage à Charles Baudelaire (1867-2017)

« Là, tout n’est qu’ordre et beauté / Luxe, calme et volupté »
(L’Invitation au voyage).

L’année 2017 marque le cent-cinquantenaire de la mort de Charles Baudelaire, l’un des plus grands poètes français du XIXème siècle.

 

Les circonstances ont voulu que le poète ait séjourné à Maurice en 1841. En effet, lorsque son beau-père détesté, le général Aupick prend la décision d’un voyage aux Indes pour le jeune Charles afin de le soustraire aux influences néfastes de la vie parisienne, il ignore que ce voyage s’arrêtera pour Baudelaire aux Mascareignes. C’est donc le 1er septembre 1841 que le navire français, le Paquebot des Mers du Sud, commandé par le capitaine Saliz, jette l’ancre en rade de Port-Louis avec à son bord le poète. La cause de cette escale est due à de nombreuses avaries et un mât brisé, dégâts provoqués par une série de « cyclones polaires » au large du cap de Bonne Espérance. Cette expérience maritime marquera durablement le poète, tout comme son arrivée en rade de Port Louis : « Enfin un rivage fut signalé ; et nous vîmes, en approchant, que c’était une terre magnifique, éblouissante. Il semblait que les musiques de la vie s’en détachaient en un vague murmure, et que de ces côtes, riches en verdures de toutes sortes, s’exhalait, jusqu’à plusieurs lieues, une délicieuse odeur de fleurs et de fruits ». Cet extrait du poème en prose Déjà annonce des poèmes que nos élèves ont pu découvrir : A une dame créole, Parfum exotique, A une Malabaraise, l’Albatros entre autres.

 

 

Dans le cadre de cette commémoration, les élèves de 3ème de M. Jarlégand ont pu à leur manière rendre hommage au poète maudit en se rendant à l’exposition du Blue Penny Museum. Ils y ont découvert des documents d’époque et ont pu réciter Baudelaire tout en étant enregistrés pour la prochaine émission de RFI : Grand reportage. Emmanuel Richon, tour à tour conférencier, conservateur du musée, commissaire de l’exposition et auteur de pas moins de quatre ouvrages sur la présence de Baudelaire à Maurice, a accueilli chaleureusement nos élèves. Il a répondu avec bienveillance à leurs nombreuses questions et a su ressusciter avec talent la présence du poète sur notre île : « une terre riche et magnifique » au « mystérieux parfum de rose et de musc »… Une manière pour nos élèves de se forger de beaux souvenirs baudelairiens et de s’essayer pour certains à la composition :

« Cette île exilée par l’océan
Enfermée par une barrière
Quand a-t-elle échangé
Ces paysages envoûtants
Entourés de mer
Pour des lieux au cœur froid ? »

Camille Jeantou

***
« Les esprits se rencontrent, les cultures se mélangent,
Mais derrière ce rideau étrange
Vit la vie calme et tranquille
D’une petite île enfermée dans sa coquille ».

Sophie Harvey

***

« Quand se lève le doux soleil du matin
J’envie l’odeur de ton sable marin
Et quand se lève le beau chant des oiseaux
Je guette sur la mer au loin les bateaux
Quand la brise ramène le son de tes vagues
Quand j’entends au loin le silence parler,
Ou que j’admire la splendeur de tes baies
Verts cocotiers jusqu’aux voiles des pirogues,
Le soir, blotti près du feu d’un séga
Ecoutant les craquements fins du chaud bois,
Je vois mon île Maurice, mon île sans heurts,
Mon île Maurice, la vénus de tout cœur. »

Rodéric Piat

baudelaire1 baudelaire2